Paris, le 4 février 2008

Madame, Monsieur,

J'ai acheté samedi un lot de 5 Pinter Buona et je souhaite obtenir son remboursement car je n'en suis pas satisfait.

En effet, je n’ai pas l’habitude de manger des barres chocolatées mais c’est une amie qui habite en Allemagne, Marie-Christine, qui m’avait parlé des Pinter Buona dans ses courriers électroniques.

Quand j’ai vu qu’ils étaient vendus en France, j’ai voulu tenter l’expérience à mon tour et puis, ensuite, je les ai un peu oubliés au fond de mon sac…

Hier matin, j’avais un rendez-vous avec Elena et Esteban pour aller voir une exposition sur la vie dans les villes de l’antiquité (Esteban et moi-même sommes latrinapapirophiles).

Comme d’habitude le jour où le musée est gratuit, il y avait foule et nous avons du attendre une heure, deux heures, trois heures… c’est alors que je me suis rappelé des 5 Pinter Buona dans le fond de mon sac.

Elena et Esteban m’ont béni : ils n’avaient rien mangé depuis la veille au soir.

Nous avons ouvert nos Pinter Buona en nous préparant à les déguster mais assez vite, j’ai compris qu’Elena avait un problème.

Il faut dire qu’elle a un peu grossi depuis quelques mois alors j’ai du la rassurer : « c’est léger, ne t’inquiète pas ».

Mais elle ne m’a pas fait confiance et a préféré vérifier la valeur énergétique. Elle était furieuse : elle contrôle très précisément son apport quotidien en calories et les 4 barres de Pinter Buona qu’elle avait englouties explosaient son plafond !

Elle en avait les larmes aux yeux et j’ai cru qu’elle allait me giffler.

Esteban et moi-même avons continué à grignoter discrètement nos Pinter Buona mais le coeur n’y était pas, ils m’ont paru fades. Enfin bon, il fallait bien un peu d’énergie pour tenir le coup en attendant.

Esteban ne m’a même pas dit « merci », je crois que les Pinter Buona ne lui ont pas plu à lui non plus.

Après, j’ai su par un mail d’Elena qu’il avait trouvé les Pinter Buona trop sucrés mais que, plein de tact, il n'avait pas voulu me vexer.

preuveBueno